Mon billet d’avion est pris !

Le billet d’avion est pris, le matin du 28 août 2017 à 6h55 c’est décidé, c’est organisé, c’est bouclé, je m’envole pour Budapest la capitale hongroise. Une expérience de 5 mois, un semestre en immersion dans un pays, une ville, une faculté que je ne connais pas, 5 mois en Erasmus accompagnée d’une amie de promotion. Là-bas tout est déjà prêt pour nous recevoir, nous suivrons l’équivalent de nos cours de troisième année de licence en économie et en gestion en anglais au sein de la Budapest Business School, c’est un nom qui en jette pas mal !

maxresdefault

Mais pour le reste c’est un peu la grande aventure, pas de logement prévu par la faculté d’accueil, pas vraiment d’adresse, aucune aide existante. Nous arriverons donc chargé de nos 5 mois de bagages dans une ville inconnue, comme vous vous en doutez nous ne parlons pas un mot de hongrois ni l’une ni l’autre. Aux dires de certains les petits hongrois apprennent majoritairement l’allemand et le russe à l’école, nous arriverons bien à nous dépatouiller avec notre plus bel anglais. Et puis nos plus belles galères seront sans doute nos plus beaux souvenirs. Nous avons pour nos premiers jours réservés un Airbnb afin de nous laisser le temps nécessaire à la visite massive de joyeuses collocations étudiantes, de tous horizons si possible.

Ne reste plus que la partie la plus stratégique, la plus périlleuse du voyage, rien que son nom fait froid dans le dos, j’ai nommé la « préparation des bagages » ! J’ai un plan d’attaque constitué de :

  • Deux valises de 23kg chacune
  • D’une valise cabine rose gold (détail trop girly pour être négligé)
  • Et d’un sac à main

Par curiosité, comment fait-on pour faire rentrer 5 mois et l’équivalent d’une demi-vie dans trois malheureuses valises ?

Prenons en compte le climat hongrois, très chaud l’été et très froid l’hiver, arrivant fin août et repartant en début février, super il me faut deux garde-robes. Adieu les petits hauts et les vestes audacieuses qui s’associent mal et bienvenue à la ribambelle de hauts et de bas unis noirs, blancs, gris, bordeaux. Cette tristoune garde-robe qui me reviendra toute râpée par les lavages à répétitions. Sans oublier le choix des paires de chaussures, mais je sens que sur ce point les concessions seront difficiles.

Outre la garde-robe il me faut prendre le plus strict minimum de la fille en déplacement, c’est-à-dire : trousse de toilette, produits capillaires, soins, maquillage, vernis à ongles, parfums et une tonne de « au cas où ». Eventuellement quelques affaires de classe, une pochette et un stylo, peut être quelques surligneurs, que voulez vous on ne peut décemment pas tout prendre. Sans oublier le clou du spectacle et ce qui comblera sans aucune hésitation les quelques grammes qui me resteront de disponible, tout un tas de victuailles bien française !

Assez plaisanté, je compte bien coucher sur le papier ou plutôt sur les pixels de mon écran cette superbe expérience. Ces quelques écrits seront pour moi une occasion en or de me souvenir de tout à mon retour, mais cela permettra aussi et surtout à mes proches de suivre mes aventures.

Agathe

Un avis sur « Mon billet d’avion est pris ! »

  1. Agathe, pour les tonnes de « au cas où », tu es a bonne école avec ta Maman!
    Heureusement qu’en avion, le poids des bagages est limité…..
    Profites bien de tout….. nous te suivrons avec un très grand plaisir!
    Gros bisous de Bongrat

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :